Dossier

La construction de Virbac-Paprec 3

Nicolas Abiven, le directeur technique du Virbac-Paprec Sailing Team vous explique les différentes étapes de la construction du nouvel IMOCA 60 de JP.

Les grandes étapes de la construction de Virbac-Paprec 3

17 mai 2010 - Nicolas Abiven, directeur technique du Virbac-Paprec Sailing team nous explique les grandes étapes de la construction de Virbac-Paprec 3, un travail de plus de 16 mois de la décision prise par Jean-Pierre Dick pendant le Vendée Globe 2008, jusqu'à la mise à l'eau.

Etape 1 / La réflexion (4000 heures)

Définition du cahier des charges
« Le cahier des charges est défini par le design team composé de Jean-Pierre Dick , Guillaume Verdier (forme des coques et structure), Vincent Lauriot Prévost (pilotage du projet et dessin des appendices), Mike Kermarec (performance), David Barnaby (mât Southern Spars), Laurent Delage (voiles North Sails) et moi-même. C'est une phase de réflexion pour déterminer la philosophie du monocoque, les plans et la construction à venir. Après de longues discussions, nous avons décidé d'avoir un Virbac-Paprec 3 léger et rapide à toutes les allures, notamment dans les transitions météorologiques.

Premiers dessins
Cette phase-là dure environ deux mois et demi à trois mois. Les architectes dessinent des carènes très larges, étroites, légères,… Tout ce que la jauge permet pour avoir un spectre large qui entoure la solution finale. C'est une équation avec beaucoup d'inconnus et avec autant de solutions. On fait régater ces bateaux-là de manière informatique autour du monde, les uns contre les autres, pour se donner une idée de ce qui a l'air de fonctionner. On fait une présélection de deux ou trois carènes sur lesquelles on positionne des appendices (quille, safrans, dérives).

On réalise alors des tests en bassin des carènes. Cette phase est très enrichissante parce qu'il y a de nombreuses discussions, il n'y a pas une solution mais des compromis à aller chercher et cela oblige à chaque fois de se poser de multiples questions par rapport à la philosophie de départ. La décision finale est un bon compromis entre ces différents critères.

La réalisation des plans de construction
A partir de ce moment-là, nous avons des plans de forme qui permettent de commencer les moules de coque et de pont. Cela permet de lancer cette partie importante du travail qui va durer 6 à 8 semaines. On est encore très loin des plans généraux du bateau. Trois mois complets seront nécessaires pour sortir les plans de construction du bateau.

La recherche et la sélection des fournisseurs
En parallèle de tout cela, nous sélectionnons les fournisseurs (chantier, matériaux, accastillage fabricant de mât…) compétents et disponibles au bon moment. La recherche s'effectue au niveau mondial pour essayer de trouver des solutions optimales, découvrir de nouvelles pistes, se renseigner sur de nouveaux produits et savoir comment les travailler. Le tout à un prix relativement abordable !

Réflexion sur l'ergonomie

Le Virbac-Paprec Sailing Team a beaucoup réfléchi sur l'ergonomie, l'aménagement intérieur, le siège de barre, la table à cartes… Pour cela nous avons monté une maquette à l'échelle 1 du cockpit à Lorient et suite à cela, différents éléments ont été construits dans notre atelier. Tout l'équipement du bateau est parti mi décembre par container en NZ.

Etape 2 / La construction (30 000 heures)

Fabrication de la coque et du pont
La coque et le pont sont réalisés dans des moules en bois. La première phase consiste donc à réaliser des mannequins.
La deuxième phase est consacrée à la pose des tissus sur le moule : le drapage. Cette opération délicate est guidée par des plans de structure fournis par les architectes. Ils donnent des informations sur la manière de poser le carbone. Ils indiquent zone par zone la quantité de carbone à utiliser, le nombre de couches ou encore le type de tissus à utiliser. On enduit le moule de téflon, on pose une première couche de carbone, ensuite le nid d'abeille et enfin une dernière couche de carbone. La cuisson se déroule dans le hangar, transformé en une sorte de grand four. La cuisson dure environ 12 à 13h à 85°C.

La réalisation des cloisons
Une fois les grandes pièces du puzzle réalisées (coque et pont), le chantier s'attaque à la conception des cloisons, le squelette du monocoque. C'est un travail très minutieux et très long, une partie complexe qui nécessite de la rigueur. Deux semaines sont nécessaires pour réaliser une cloison, dix personnes s'affairent pendant environ un mois pour toutes les concevoir. Début janvier, les cloisons étaient intégrées au bateau. Elles sont fabriquées avec de la sur-longueur que l'on ajuste ensuite lors de la pose à bord. Une fois en place, elles sont stratifiées avec des renforts sur la coque et le pont. Nous avons assemblé la coque, les cloisons et le pont en février 2010. Une étape importante qui a révélé les formes du nouvel IMOCA 60 de Jean-Pierre.

L'armement

La phase d'armement de Virbac-Paprec 3 consiste à mettre en place les équipements et les systèmes à bord du bateau : les ballasts, le vérin de quille, les dérives, les safrans, le moteur, l'électricité, électronique et l'informatique. Cette phase dure un mois et demi à deux mois.
Jean-Yves s'est chargé de la mise en place de la table à carte, Xavier du moteur. Alexis et Clément se sont occupés de l'électronique et de l'informatique. Philippe, quant à lui, a posé l'accastillage.

Décoration de Virbac-Paprec 3

Afin de donner naissance à Virbac-Paprec 3, la peinture vient donner la touche finale. Cette phase est spectaculaire car le bateau change de couleur tous les jours et révèle son véritable visage.

La mise à l'eau

La mise à l'eau est l'aboutissement de la construction, c'est un moment émouvant pour l'équipe. Nous avons tous envie de naviguer à bord pour tester et valider 16 mois de travail intensif et passionnant. »